Archives de l’auteur : Pierre Baudry

À propos Pierre Baudry

Agrégé d'allemand. Doctorant au GSRL (UMR 8582, CNRS/EPHE) et à la FASSE (EA 7403, ICP).

Call for paper

Panel proposal for the European Initiative on Security Studies 2018

Religion and security: how to understand religion and identity as security issues per se?”

1 General presentation of the panel and its scope

The general project underlying this panel is to develop a general view on security issues in regard to the resurgence of religion in contemporary international politics. The central question is: which kind of conceptual and methodological framework can we imagine for thinking the resurgence of religion and the challenges it poses to security concerns? Beyond any restriction of security to a realistic or a states-centred view, our aim is to analyse religious, national, ethnic identities as security challenges per se. Deterrence, military power, terrorism, biochemical weapons don’t exhaust the field of security studies: a human group can perceive its own identity and religion as threatened as well. For many people, it is a security issue to protect itself against cultural and religious aggression in the contemporary world.

We do not aim at giving a restrictive definition of identity: we prefer to understand it broadly as the self-perception that a political, ethnic, religious community has of itself and that it perceives as essential for its survival as a distinct group. Therefore, starting from that large approach, our intention is to analyse cultural security through different phenomena like “soft power”, imperialism, propaganda, media war, religious identity, nationalist and fundamentalist reaction.

Our objective is to understand precise case-studies where a group tries to protect (or to impose) it cultural and religious identity. We are interested in reflexive paper as well on the how to integrate religion and identity into security studies. Other contribution about “constructivism, security and religion”, “security and self-perception” are welcome.

2 What we expect from the panelists, how to candidate and schedules

We expect from this panel:

  1. A interest in empirically robust case-studies: field studies for example, quantitative data, historical approach about situation of religious domination, ethnic/religious insecurity and phenomena of legitimisation through cultural or religious discourse.

  2. An interest in security, political science or IR issues (a short bibliography follows).

  3. All geographical areas are welcome: Middle East, Asia, Europe, Africa, Americas… All fields are welcome: political science, history, anthropology, sociology, war and peace studies… Young scholars (Phd. candidate in last year, post-doc, lecturer…) are strongly encouraged to postulate as well as female candidates.

To candidate to this panel, please send a short presentation of your paper proposal in English (300 words max.) before 13th January 2018. I will give you a feedback from 1th February 2018 about your candidature. My email address: pierre.baudry@etu.ephe.fr

To find out more about the European Initiative for European Studies, you can visit the call for paper here : http://www.aeges.fr/european-initiative-on-security-studies/

Cite this article as: Pierre Baudry, Call for paper in Relations internationales, partis politiques et identité, 27/12/2017, https://religion.hypotheses.org/200.

Bibliographie de quelques livres importants sur les religions dans les relations internationales

La recherche sur la place des religions dans les relations internationales manquent parfois de visibilité alors que de plus en plus de travaux sont produits autour de ces questions. Afin de guider le lecteur, évoquons quelques ouvrages et livres collectifs particulièrement importants.

Au niveau bibliographique, citons en langue anglaise :

  • Douglas JOHNSTON, Cynthia SAMPSON (dir.), Religion, the Missing Dimension of Statecraft, New York, University Press, 1994.

  • Jack SNYDER (dir.), Religion and International Relations Theory, New York, Columbia University Press, 2011.

  • John ESPOSITO and Michael Martin WATSON (dir.), Religion and Global Order, University of Wales Press, 2000, 148 p.

  • Scott THOMAS, The Global Resurgence of Religion and the Transformation of International Relations, Palgrave Macmillan, 2005.

  • R. Scott APPLEBY, The Ambivalence of the Sacred: Religion, Violence and Reconciliation, 1999.

Ouvrages généralistes en français :

  • Philippe PORTIER et Frédéric RAMEL, Religieux et recherche stratégique, Les Champs de Mars, N°26, Paris, mars 2015, 170 p.

  • Alain DIECKHOFF et Philippe PORTIER, L’Enjeu mondial. Religion et politique, Paris, Presses de Science Po, 2017, 368 p.

  • Jean-Pierre BASTIAN, François CHAMPION, Kathy ROUSSELET (dir.), La globalisation du religieux, Actes du colloque de l’Association française de sciences sociales des religions du 5 et 6 février 2000, Paris, L’Harmattan, Collection « Religions et sciences humaines », 2001, 282 p.

Cite this article as: Pierre Baudry, Bibliographie de quelques livres importants sur les religions dans les relations internationales in Relations internationales, partis politiques et identité, 09/12/2017, https://religion.hypotheses.org/191.

Plaidoyer pour une étude des religions dans les relations et conflits internationaux

S’il existe un objet à développer, c’est sans doute l’étude  l’analyse du rôle des religions dans les relations internationales et dans les conflits contemporains.

L’analyse du facteur religieux dans la géopolitique moderne est dans une situation paradoxale. Objet de travaux innombrables en ce qui concerne « l’islamisme », mais d’une qualité parfois douteuse et de débats houleux, les études internationalistes et stratégiques peinent néanmoins à approcher les « religions » de manière systématique et cohérente dans leur paradigme ou champ d’étude. Quant aux études sur la paix et le rôle des religions dans le peacemaking, il reste encore largement à explorer en France contrairement aux Etats-Unis par exemple.

Notre approche se veut pluridisciplinaire en réunissant spécialiste d’aires régionales ou de religion (christianisme, islam, hindouisme…), d’internationalistes travaillant sur les nouveaux enjeux géopolitiques (acteurs non-étatiques, approche culturelle/constructiviste des RI…), de spécialistes en stratégie (aspects sociétaux des conflits, religion et violence…) et sur les processus de paix (peace building, commission vérité et réconciliation…).

Il est évident, cependant, que cet objet d’étude qui reste largement à explorer constitue un champ novateur qui exige qu’on fédère les forces et explore des domaines en partie inédits, mais essentiels. Notre intention, par conséquent, est d’arriver à un travail scientifique plus abouti qui évite que la question religions/relations internationales soit réduite à l’ « islamisme » ou au « terrorisme ».

Planning séminaire des doctorants 2017-2018 du GSRL

Le séminaire interne des doctorants

Chaque séance a lieu le vendredi à 10 h 30 en salle A dans les locaux du GSRL à Ivry-sur-Seine le lendemain du séminaire interne du laboratoire.

De 10h30 à 11h30 un ou plusieurs doctorants exposeront leur sujet de thèse pendant 20 mn. Un échange suivra entre les participants. Le but est que les doctorants développent leurs compétences en terme d’expression orale et de discussion sur un sujet scientifique. Nous vous encourageons à vous proposer pour faire un exposé quel que soit le niveau d’avancement de votre thèse (première année, retour de terrain…).

De 11h30 à 12h15 un ou plusieurs chercheurs titulaires du GSRL interviendront sur un point de méthodologie ou relatif à votre professionnalisation. Pour le choix des thèmes abordés je me suis basé sur votre retour suite au sondage que je vous ai envoyé. Ce sont des thèmes souvent très importants pour votre thèse et qui visent à vous aider un maximum dans votre travail de recherche.

Voici les dates et thèmes des prochaines séances :

  • Vendredi 17 novembre 2017 rentrée des doctorants à 10h30 salle A dans les locaux du GSRL.

  • Vendredi 15 décembre 2017 :

10h30 : atelier pour doctorants autour des interventions Cantaura LA CRUZ « Morts, vivants et figures composites. Violence dans les zones semi-rurales au Venezuela » et de Eva ZAHIRI: « Révolution, religion et politique en Iran ».

11h30 : Intervention de Vincent GOOSSAERT sur « les étapes de la recherche: comment préparer un plan d’action pour sa thèse, établir un rythme d’avancement avec son directeur  de thèse ? A quoi sert le comité de suivi de thèse (CST) ? Quelles perspectives professionnelles après la thèse? Comment présenter son CV pour répondre aux annonces de poste? »

  • Vendredi 19 janvier 2018 :

10h30 :  Atelier des doctorants autour des interventions de Benjamin DUINAT sur « Prêtres, populations et relations de pouvoir pendant la Révolution : quelques considérations multiscalaires sur les sociétés de frontière au Pays Basque (Espagne et France) » et de David VINCENT sur « Histoire du dispensationalisme et de son influence en Europe francophone ».

11h30 : Valentine ZUBER : « comment établir une bibliographie ? Comment trouver des documents en rapport avec son sujet de thèse ? Comment présenter sa bibliographie dans sa thèse? »

  • Vendredi 16 février 2018 :

10h30 : Yang LEI interviendra sur : « L’histoire des cloches dans les temples de Pékin entre 1400 et 1900: les cloches des temples de Pékin de cette époque (leur forme, les donateurs, les inscriptions…) et analyse du rapport entre les inscriptions sur cloches et les sons qu’elles émettaient. »

11h 30 : Intervention de Sylvie TOSCER-ANGOT et Claude PROESCHEL sur la qualification CNU.

  • Vendredi 23 mars 2018 :

10 h 30 : présentation de leur thèse par un ou deux doctorants et discussion collective.

11h30 : Intervention de Pierre-Jean LUIZARD sur : « La bibliographie et enquête : comment organiser ses lectures, les synthétiser et les règles des bibliographies ? Comment mener une enquête de terrain ? »

  • Vendredi 13 avril 2018 :

10h00 :« Recherches contemporaines sur l’Asie du nord : questions historiques, identitaires et religieuses« . Participants : Anne Dalles, Camille Prouharam, Clément Jacquemoud, Isaline Saunier, Yann Borjon-Privé (org.). »

11h30 : Detelina TOCHEVA : « les spécificités méthodologiques de l’ethnographie et de l’anthropologie à partir d’une étude de cas. »

  • Vendredi 18 mai 2018 :

10h30 présentation de leur thèse par un ou deux doctorants et discussion collective.

11h30 : séance doctorants et postdoctorants. Intervenants: Florence ROCHEFORT, Alfonsina BELLIO sur le genre sur l’usage de ce concept en science sociale des religions.

Formation pour les doctorants du GSRL (EPHE/CNRS)

Chers doctorants,

Suite à un échange avec Vincent Goossaert, directeur de l’Ecole doctorale de l’EPHE, je vous indique la formation que j’organise pour les doctorants sera validée par l’attribution de crédits ECTS dans le cadre de votre formation par l’Ecole doctorale de l’EPHE.

Cette formation s’intègre dans le portfolio des compétences à obtenir au cours de votre doctorat.

Les conditions à remplir pour valider cette formation sont:

  1. L’assiduité: il est obligatoire de participer au moins à 4 séances de la formation aux doctorants.
  2. La présentation orale de votre sujet de thèse (en français ou en anglais) pendant le séminaire.
  3. La rédaction d’une présentation écrite de votre sujet de thèse avec problématique, hypothèse directrice, plan et bibliographie.

Pour obtenir un certificat de participation et les crédits ECTS, il suffira de me faire une demande et je vous enverrai une attestation de réussite.

L’inscription au séminaire de formation est obligatoire. Merci de me signaler votre présence par retour de mail au plus tard une semaine avant chaque séance.

Pierre Baudry, organisateur de la formation aux doctorants du GSRL

Journée de rentrée des doctorants GSRL (EPHE/CNRS)

Chers doctorants, chers collègues,

J’ai le plaisir de vous annoncer la tenue de la journée de rentrée des doctorants du GSRL.

La journée de rentrée des doctorants

La journée de rentrée aura lieu le 17 novembre à 10h30 en salle A dans les locaux du GSRL à Ivry. Elle vise à intégrer les doctorants au sein du laboratoire. Participeront à cette journée M. Philippe Portier, Mme Isabelle Charleux, M. Vincent Goossaert, M. Vincent Delecroix, Mme Laurence Mabit. Nous vous présenterons le laboratoire, le cadre de recherche que nous vous offrons, l’Ecole Doctorale de l’EPHE et toute autre information importante pour le déroulement de votre thèse.

Nous insistons sur l’importance de cette journée de rentrée et vous encourageons très vivement à y participer. Nous demandons aussi aux directeurs de thèse d’attirer l’attention de leurs doctorants sur l’importance de cette journée de rentrée.

 

« Diplomatie islamique » de Mohammad-Reza DJALILI

Mohammad-Reza Djalili a publié un ouvrage passionnant sur la politique étrangère et la diplomatie de l’Iran depuis 1979: « Diplomatie islamique. Stratégie internationale du khomeynisme ».

L’intérêt de ce livre réside entre autre dans le fait qu’il aborde la question de la conception islamique des relations internationales c’est-à-dire sur ce qu’on peut appeler la « théorie » de l’Iran contemporaine de la diplomatie et de la géopolitique. Cet étude pour un champ de recherche négligé gagne à être connu.

Ce livre est disponible en ligne sur le site OpenBook.

Références bibliographique: DJALILI, Mohammad-Reza. Diplomatie islamique : Stratégie internationale du khomeynisme. Nouvelle édition [en ligne]. Genève : Graduate Institute Publications, 1989 (généré le 15 octobre 2017). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/iheid/1862>. ISBN : 9782940549610. DOI : 10.4000/books.iheid.1862.

Cite this article as: Pierre Baudry, « Diplomatie islamique » de Mohammad-Reza DJALILI in Relations internationales, partis politiques et identité, 15/10/2017, https://religion.hypotheses.org/127.

 

Intervention lors de l’atelier des doctorants du GSRL le 5/2/2016

J’ai eu le plaisir d’intervenir lors de l’atelier des doctorants du GSRL avec Petru-Lucian CIRLAN le 5 février 2016.

J’ai pu y présenter mon travail de thèse et mon hypothèse d’une nécessaire interconnexion entre sociologie des religions et science politique pour appréhender le retour des religions.

Vous trouverez plus détail sur cette intervention en cliquant ici.

Cite this article as: Pierre Baudry, Intervention lors de l’atelier des doctorants du GSRL le 5/2/2016 in Relations internationales, partis politiques et identité, 14/10/2017, https://religion.hypotheses.org/85.

Recension de « The puzzle of non-western democracy » de Richard Youngs

Je signale la publication d’une recension du passionnant ouvrage du politologue britannique Richard YOUNGS « The puzzle of non-western democracy » dans la revue de l’IFRI, Politique étrangère (2016/4, Hiver).

Extrait de la recension:

La démocratie libérale telle que la conçoit l’Occident est-elle la seule forme viable de démocratie ? N’est-elle pas victime d’un individualisme qui en détruit le principe ? Ne doit-on pas admettre, au nom du respect des identités culturelles, qu’il existe des modèles alternatifs et « illibéraux » à la vision occidentale de la démocratie ?

Référence bibliographique du livre: Richard Youngs, « The puzzle of non-western democracy »,Washington D.C., Carnegie Endowment for International Peace, 2015, 240 pages.

Ma recension est disponible ici.

Je vous conseille aussi le passionnant site de la Carnegie Endowment for International Peace où sont exposés le travaux de Youngs.

Cite this article as: Pierre Baudry, Recension de « The puzzle of non-western democracy » de Richard Youngs in Relations internationales, partis politiques et identité, 14/10/2017, https://religion.hypotheses.org/83.

Intervention lors de la table ronde du groupe de recherche ELANS/REIGENN le 26/6/2016

Je suis intervenu le 16 juin 2016 lors de la table ronde organisée par le groupe de doctorants du laboratoire REIGENN (EA 3556, Paris Sorbonne).

Mon intervention a porté sur les premiers travaux de Joseph Ratzinger et sur la manière dont ils s’inscrivent dans le contexte des années 1930. Mon hypothèse est que Ratzinger tente de réfuter toute conception racialiste du concept théologique de « peuple de Dieu » (Volk Gottes). Derrière son travail conceptuel et sémantique, le jeune théologien prend position dans des débats qui ont marqué l’Eglise catholique dans l’entre-deux-guerres autour de l’usage idéologique de la « race » et de la sacralisation du peuple allemand par la propagande nationale-socialiste.

Le texte de mon intervention est disponible ci-dessous.

« Lors de la table ronde du 18 juin 2016, nous avons eu le plaisir d’accueillir un doctorant du Groupe Sociétés Religions Laïcités (EPHE, CNRS), Pierre Baudry, venu nous présenter son sujet de thèse : « Religion et politique chez Joseph Ratzinger/Benoît XVI dans le contexte du XXe siècle et du XXIe siècle »

« Notre projet de thèse porte sur le rapport entre religion et politique dans l’Allemagne d’après-guerre. Nous voudrions en particulier nous pencher sur une des figures majeures de la théologie allemande à savoir Joseph Ratzinger/Benoît XVI. Notre objectif principal consiste à analyser l’attitude de Ratzinger face aux grands défis politiques du XXème et du XXIème siècle : démocratisation de l’Allemagne posthitlérienne, guerre froide et terrorisme islamiste contemporain. Notre intention est donc d’étudier le rapport d’une figure majeure du catholicisme allemand à la démocratie, aux droits de l’homme et à la violence religieuse dans la période décisive de la guerre froide et de l’après-guerre froide. Quant à notre étude, elle a notamment pour finalité de comprendre la pensée d’un théologien catholique sur des sujets proprement politiques. Que dit l’Église catholique sur l’État, la démocratie, le progrès, la place de la femme ou sur les rapports entre vérité religieuse et liberté de conscience ? Dans quelle mesure Ratzinger développe-t-il une véritable philosophie politique distincte de la théologie ? Comment s’y prend-il pour assurer l’indépendance du religieux et du politique tout en pensant le lien entre les deux sphères ? Mieux encore : jusqu’où peut-on pousser la comparaison entre des philosophes (Leo Strauss, Martin Heidegger…) et le théologien Joseph Ratzinger ? Quel est le niveau d’interaction entre la pensée politique profane d’une part et le travail intellectuel du pape émérite d’autre part ? Mais quelle place occupe un tel travail au sein des études germaniques ? L’importance de la question religieuse dans la détermination de la conscience historique des pays de langue allemande ne saurait être niée. Pourtant, l’étude de la religion dans les pays de culture germanique ne reçoit pas nécessairement la place qui lui revient toujours. Pis encore : la recrudescence de l’intérêt pour le catholicisme parmi les historiens suites aux polémiques autour de Pie XII et de son attitude face au juifs d’Europe a trop souvent amené à un déséquilibre de la recherche en faveur de l’étude des années 1930-1940. Notre objectif avec ce travail est donc de contribuer à une meilleure connaissance scientifique et historique du catholicisme allemand d’après-guerre.

Né en 1927 et intellectuellement toujours actif, Ratzinger a fait preuve d’une longévité et d’une permanence remarquable. Face à la masse des documents disponibles, je me suis pour l’instant essentiellement concentré sur une approche chronologique. Partant des années 1950, décennie marquant les débuts intellectuels de Joseph Ratzinger, je suis arrivé actuellement jusqu’à ses travaux des années 1970. Dans ce qui suit je voudrais me concentrer avant tout sur ses travaux universitaires des années 1950 et surtout sur sa thèse de doctorat de 1951 intitulée, « Volk und Haus Gottes in Augustins Lehre von der Kirche », « Peuple et maison de Dieu dans l’ecclésiologie de Saint Augustin ». Travail décisif pour qui veut comprendre l’évolution Ratzinger et d’autant plus passionnante pour le germaniste que des thèmes capitaux de l’immédiate après-guerre y sont abordés. Dit en quelques mots, l’enjeu pour le jeune Ratzinger dans sa thèse de doctorat n’est pas en effet strictement théologique, mais bien aussi politique ou en tout cas théologico-politique. Le fond de la pensée politique de Ratzinger apparaît ici dès les années 1950. Elle se laisse ainsi résumer : la politique n’a pas son fondement en elle-même : ni l’Etat ni l’action politique ne peuvent apporter le salut aux hommes.

Cela signifie en particulier dans le contexte allemand qu’il est impossible de fonder une communauté politique sur le culte de l’Etat ou d’une race tenue pour supérieure. Derrière la critique de l’Etat, se cache donc une critique nette et précise du national-socialisme. Aucun groupe humain ne peut prétendre être un Herrenvolk et se fonder sur sa supposée supériorité. Et même si l’Eglise se définit comme « peuple de Dieu » (Volk Gottes), il s’agit d’un peuple universel, non-politique, capable d’unir des nations différentes autour d’un culte commun. Interprétant le national-socialisme comme un phénomène totalitaire d’auto-idolâtrie de l’Etat et d’une communauté politique par elle-même, Ratzinger oppose par conséquent une conception universaliste de l’Eglise comme Volk Gottes à une vision raciste déifiant une « race » par rapport à une autre. Le concept de « peuple de Dieu » est distinct de celui de auserwähltes Volk, dans la mesure où l’Eglise est un peuple uni autour du culte religieux, non autour d’un culte de soi-même.

Dans ce contexte on comprend mieux le sens et la portée de l’acte théologique chez le Ratzinger : il s’agit pour lui pas uniquement de proposer un acte de réflexion sur la foi, mais bien de proposer une alternative critique à ce qu’il interprète comme un culte indu de l’Etat et de la « race ». La réflexion ecclésiologique et le retour aux Pères de l’Eglise – Saint Augustin en l’espèce – sert de levier à Ratzinger pour établir une analogie entre la Rome antique et l’Allemagne nationale- socialiste, entre le culte public romain et le culte de l’Etat dans l’Allemagne hitlérienne.

Pour expliquer les confusions possibles entre Etat et religion, Ratzinger, à la suite de Saint Augustin, part de l’anthropologie et d’une théologie du péché. L’homme étant pécheur depuis la faute originelle, il est à la recherche du salut selon le théologien d’Hippone. Deux instances alors se font concurrence dans la pensée augustinienne pour répondre à ce désir de salut : la cité et l’Eglise. Deux cultes alors se font face : celui de la cité terrestre et celui de la cité céleste, tous deux ayant la prétention d’apporter le bonheur à l’homme car les deux cités ont le même objet : la beatitudo. Cela signifie qu’elles ont toutes les deux pour objet les fins dernières de l’homme – le bonheur, l’accomplissement de soi. Or, Ratzinger voit là un élément problématique car alors l’Etat peut être tenté de se voir comme un absolu capable d’apporter le bonheur aux hommes. L’enjeu de la lecture ratzingerienne de Saint Augustin dans le contexte post-national-socialiste consiste à montrer que le temporel peut être tenté de s’ériger en un absolu et d’exiger son propre culte. Ce danger selon Ratzinger a déjà existé dans l’Antiquité : il cherche justement dans la tradition patristique et surtout chez Saint Augustin un moyen de dépasser ce qu’il interprète comme une auto-idolâtrie de l’Etat. On voit donc que le questionnement théologique est inscrit historiquement chez Ratzinger : le discours théologique se fait aussi acte de positionnement de l’Eglise face au national-socialisme. »

Pierre BAUDRY, GSRL (EPHE/CNRS) et FASSE (ICP), mai/juin 2016. Tous droits réservés. Dépôt auprès du site HAL-SHS sous le titre « Présentation sujet de thèse Pierre BAUDRY, Groupe doctorant ELANS/REIGENN (EA 3556) »

Cite this article as: Pierre Baudry, Intervention lors de la table ronde du groupe de recherche ELANS/REIGENN le 26/6/2016 in Relations internationales, partis politiques et identité, 14/10/2017, https://religion.hypotheses.org/80.

Colloque pour les 20 ans du GSRL

Le plus grand laboratoire français de sciences sociales des religions et de la laïcité, le GSRL a fêté ses 20 ans en 2015. Il a organisé à cette occasion un grand colloque international, qui s’est tenu les 26 et 27 novembre 2015.

A cette occasion François Mabille, professeur de science politique (Université catholique de Lille) a proposé une intervention sur le retour des religions dans les relations internationales.

Vous trouverez le lien vers cette intervention ici.

Cite this article as: Pierre Baudry, Colloque pour les 20 ans du GSRL in Relations internationales, partis politiques et identité, 14/10/2017, https://religion.hypotheses.org/72.

 

Sites de recherche scientifique sur la défense

Dans ce qui suit, je vous propose un annuaire des sites de référence sur les questions de défense et de sécurité nationale:

SITE INSTITUTIONNEL

THINK TANK ET ASSOCIATION

Le Ministère de la Défense propose un annuaire des think tank et sites internet sur la géopolitique et les relations internationales ici.

Cite this article as: Pierre Baudry, Sites de recherche scientifique sur la défense in Relations internationales, partis politiques et identité, 14/10/2017, https://religion.hypotheses.org/61.

L’institut Catholique de Paris fait peau neuve: un article du journal La Croix

Article très intéressant publié par Claire Lesegretain le 10/09/2017 dans La Croix sur la rénovation des locaux de l’Institut Catholique de Paris: « L’Institut catholique de Paris fait peau neuve« .

Il y est question de moi et de mon co-directeur Bernard BOURDIN en quelques lignes dans le corps de l’article.

Merci à Claire Lesegretain pour cet article très intéressant.

Cite this article as: Pierre Baudry, L’institut Catholique de Paris fait peau neuve: un article du journal La Croix in Relations internationales, partis politiques et identité, 13/10/2017, https://religion.hypotheses.org/23.

Publication de « Le religieux entre local et global » par le CERI et le GSRL

Nous avons le plaisir de vous annoncer de la publication de « L’Enjeu mondial. Religion & politique » sous la direction d’Alain DIECKHOFF et de Philippe PORTIER.

Présentation par l’éditeur ici.

Le projet d’ouvrir ce blog, même si elle s’inscrit dans mes recherches comme doctorant, est ainsi une contribution au travail actuellement mené par mon laboratoire rattachement, le GSRL, et le CERI qui ont publié conjointement un important ouvrage sur la géopolitique des religions.

C’est ici pour retrouver le podcast de la présentation du livre.

Parmi les contributeurs, on compte:

  • Joëlle Allouche-Benayoun
  • Marcelo Ayres Camurça
  • Bayram Balci
  • Jean Baubérot
  • Laurent Bonnefoy
  • Pascal Bourdeaux
  • Blandine Chelini-Pont
  • Renaud Egreteau
  • Sébastien Fath
  • Élise Féron
  • Vincent Goossaert
  • Bernard Heyberger
  • Christophe Jaffrelot
  • Stéphane Lacroix
  • Laurence Louër
  • Pierre-Jean Luizard
  • François Mabille
  • Cédric Mayrargue
  • Denis Pelletier
  • Philippe Poirier
  • Claude Proeschel
  • Jean-Luc Racine
  • Nadège Ragaru
  • Andrea Riccardi
  • Kathy Rousselet
  • Ewa Tartakowsky
  • Jean-Paul Willaime
  • Thierry Zarcone,
  • Paul Zawadzki
  • Ji Zhe
  • Valentine Zuber

Cite this article as: Pierre Baudry, Publication de « Le religieux entre local et global » par le CERI et le GSRL in Relations internationales, partis politiques et identité, 13/10/2017, https://religion.hypotheses.org/16.