Analyser et interpréter le rôle des religions dans les relations internationales

Le présent carnet de recherche a pour objet la place des religions dans les relations internationales des années 1980 à aujourd’hui.

Il est le résultat de mes recherches comme doctorant au GSRL (CNRS/EPHE) sur le lien religion/politique dans les relations internationales.

Comment penser cette nouvelle configuration géopolitique marquée par la Révolution iranienne de 1979, le retour au premier plan de l’Église catholique depuis l’élection de Jean Paul II, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan en 1981 grâce au soutien des évangélistes américains ? A cela, il convient d’ajouter le rôle de plus en plus prédominant des orthodoxes juifs en Israël et surtout la chute de l’URSS en 1991.

Quelle place pour les religions dans un monde plus complexe, plus incertain où les idéaux laïcs et modernes sont apparemment en crise? Quelles sont les finalités et mobiles des acteurs religieux que la politique réaliste avait refoulé au moins depuis le Traité de Westphalie de 1648?

Ce carnet est donc largement tourné vers la place du catholicisme dans la géopolitique contemporaine, mais sera ouvert aussi à d’autres religions (l’islam, le judaïsme par exemple) et à des réflexions méthodologiques (comment penser le retour des religions sur la scène internationale?).

On ne peut pas en effet comprendre le rôle international du Saint-Siège sans prendre en compte ses interactions avec les autres religions notamment dans le bassin méditerranéen.

Un blog qui propose articles de fond et veille scientifique

Avec ce carnet, il s’agit pour moi d’abord de documenter sous forme de billet et d’articles l’avancement de mon travail.

A cela, j’ajoute de manière plus ponctuelle des billets bibliographiques et des billets de veille sur les colloques ou séminaires en rapport avec mon champ de recherche.

Un contenu varié pour un public large

Mon objectif est donc de contribuer à la diffusion de recherches sur un objet spécifique (sociologie/histoire du catholicisme), mais qui répond aussi à une actualité politique et civique évidente: « retour » des religions; interactions entre morale religieuse et éthique séculières; crise de la modernité.

C’est un public large qui est visé: chercheurs, grand public, journaliste. La demande sociale d’expertise et d’éclairage est forte autour de l’islam, du rôle du protestantisme ou de la diplomatie vaticane. Répondre à ces demandes d’une lecture éclairée et critique est une des tâches de ce blog.

Je suis le contributeur principal, même si je me réserve la possibilité de l’ouvrir de manière ponctuelle à d’autres doctorants venant du CERI (Science Po Paris) ou à des jeunes chercheurs de l’IRSEM qui travaillent en science politique ou sur les relations internationales.

Contribuer à l’insertion professionnelle des doctorants et à la collaboration entre sciences humaines et entreprises

Enfin, je veux aussi contribuer à une collaboration entre sciences humaines et le secteur privé. On a souvent dit que les spécialistes de sciences humaines avaient plus de difficulté à s’intégrer dans le marché du travail que les profils venant des sciences exactes (biologie, chimie, ingénierie). Il n’en reste pas moins que par leur rigueur dans le travail, leur capacité d’apprentissage et d’innovation et leur engagement dans un projet de plusieurs années les docteurs constituent des collaborateurs prometteurs pour les entreprises.

Par des articles de fond tout comme par une veille sur les événements à destination des docteurs et des entreprises, je voudrais contribuer à l’intégration des chercheurs dans l’économie.

Vous trouverez donc des articles où j’expose des analyses sur l’apport des sciences sociales pour mieux appréhender les évolutions économiques et du digital.

Mon sujet de thèse et mes directeurs

Ma thèse de doctorat porte sur le catholicisme contemporain et sur sa place dans les sociétés contemporaines.

Mon travail concerne plus spécifiquement l’attitude et le discours de Joseph Ratzinger/Benoît XVI face à l’émergence de la société globalisée et postmoderne contemporaine dans la phase 1981-2013.

Le titre provisoire est « Joseph Ratzinger/Benoît XVI et la question de la démocratie contemporaine (1981-2013) ».

Je travaille sous la direction de Philippe PORTIER (GSRL, EPHE/CNRS) et de Bernard BOURDIN (FASSE/ICP).

Quelques mots sur moi: je suis Pierre Baudry, j’ai 35 ans et je suis doctorant à l’EPHE/ICP. Agrégé d’allemand, je travaille sur Joseph Ratzinger en tentant notamment de proposer une vraie étude des sources allemandes et une approche globale qui réinscrit l’histoire du catholicisme dans l’histoire politique et culturelle globale.